Aspects méthodologiques

La loutre d’Europe est un mammifère de grande taille, principalement nocturne.

La Loutre d’Europe est excessivement discrète dans le milieu naturel et dont les densités demeurent par définition généralement basses. Lorsqu’il s’agit d’un super prédateur : quelques individus aux 100 km² / domaines individuels variant de 10 à 25 km/h de cours d’eau pour une femelle reproductrice, jusqu’à 40 km, voire plus, pour un mâle. 

Les informations scientifiques acquises sur l’espèces en Europe n’octroient qu’une place mineure à l’observation directe. En matière d’inventaire, les indices de présences dressent les cartographies  de répartition. 

Trois indices spécifiques sont principalement exploités sur le terrain : 

  • Traces de patte (empreintes), 
  • crottes (dites épreintes chez la loutre), dépôt olfactifs jouant un rôle important dans la communication infraspécifique (voire intraindividuelle)
  • en effet l’etude du régime alimentaire exploite ensuite le matériel biologique spécifique. 

 

  • Méthodologie nationale 

Bouchardy (1986) a détaillé le protocole de prospection mis en place en France. La méthode inspirée des Britanniques consiste à faire un certain nombre de pointages sur une unité de surface donnée.  Le maillage choisi en France a été celui de la carte IGN au 25 000e, soit une surface de 140km² comprise dans un rectangle de 10 x 14 km.  Après avoir sélectionné cinq points différents, bien répartis, il faut effectuer au moins 3 visites sur chacun de ces points.  Chaque pointage consiste à rechercher des traces de pas ou les épreintes sur une distance de 1200 m, soit 300 m de chaque côté d’un pont sur les deux rives. 

  • Adaptation à l’inventaire normalisé breton depuis 1986      

 

Donc inventaire préliminaire breton (période 1986-1990, compile les données d’une centaine d’observateurs), ainsi que les données de réactualisation régulière. Ces derniers ont donc  consisté à rechercher ces indices spécifiques dans la région, en adaptant la méthodologie française et également celle de l’IUCN (Loutre Internationale pour la Conservation de la Nature). 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *