Carte d’identité de la loutre

loutre

Carte d’identité : Afin de mieux comprendre les caractéristiques principales de la Loutre.

 

Nom scientifique :  

Lutra lutra (Linné, 1758)

Terra typica : 

Upsala (Suède) 

Sous-famille

Lutrinés 

Famille :

Mustélidés 

Ordre : 

Carnivores

Caractères distinctifs : 

Tête aplatie, corps allongé, pattes robustes et courtes, doigts palmés, queue longue épaissie à la base. Pelage très dense de couleur foncé ou brun fauve, parfois chamois clair.

Taille : 

de 1m à 1,25m

Poids : 

de 5kg à 11kg

Dimorphisme sexuel : 

Mâle plus corpulent et plus massif avec une tête et museau plus larges, les lèvres supérieurs plus épaisses.

Formule dentaire :

36 dents dont 1/2 maxillaire et 1/2 mâchoire

Voix : 

Sifflements, cris augus, trilles et grognements 

Habitudes : 

Semi aquatique, essentiellement nocturne et crépusculaire, localement diurne 

Comportement : 

Individualiste et territorial, la loutre est également sédentaire et dans certains cas temporairement grégaire.

Niche écologique : 

Prédateur piscivore qui fréquente les milieux aquatiques et palustres. 

Habitats : 

La loutre aime fréquenter les abords des rivières, fleuve, étangs, marais, lacs ainsi que les cotes marines. 

Reproduction :

La reproduction peut avoir lieu en toute saison.

Gestation : 

60 à 62 jours (une portée par an) 

Nombre de jeunes par portée : 

Cela va de 1 à 3, parfois jusqu’à 4

Longévité : 

La loutre peut atteindre 10ans, et le record en captivité est de 17ans

Répartition : 

La loutre se trouve principalement en Europe, une partie de l’Asie et le Maghreb.

 

 

 

La loutre une espèce menacée

chasse aux loutres

La loutre une espèce menacée?

 

Historiquement, les causes de déclin de la loutre en France sont liés à l’action de l’Homme; principalement au piégeage et à la chasse.

L’espèce était pourchassée pour deux raisons majeures : d’une part, pour la qualité de sa fourrure, très prisée en pelleterie. Et d’autre part pour son comportement prédateur spécialisé sur la faune piscicole. 

C’est surtout pendant la première moitié du XXe siècle que la chasse et, surtout le piégeage; eurent un impact déterminant sur la population de la loutre en France. En 1926, sur le modèle de la louveterie mise en place depuis Charlemagne; la loterie Française vit le jour, à l’instigation de Joseph Levitre. 

En France,

la chasse à la loutre aux chiens  courant, est restée relativement localisée et modéré; toutefois, quelques équipage, constitués sur le modèle anglais, ont pratiqué ce type de vénerie dans le centre et l’ouest du pays, tel que celui du comte de Tinguy ou celui de l’illustre Honoré Guillot; c’était une autre époque…

Aujourd’hui interdits, les pièges à mâchoires n’occasionnent plus aucun dégâts importants ni soutenus sur les populations de loutres. Mais dans les zones de marais où se pratiquent les grandes cultures de céréales et d’oléagineux; ce type d’engin est encore utilisé illégalement pour limiter les ragondins;  et les rats musqués en alternance avec les campagnes d’empoisonnement. De plus, la lutte chimique par anticoagulants pose aussi problème car les substances utilisées, comme la bromadiose, ont une certaine rémanence et se retrouvent dans les tissus des loutres qui consomment périodiquement ces rongeurs aquatiques. 

Actuellement, la cause de mortalité directe la plus importante des loutres, reste la collision avec les véhicules à moteur. De la Bretagne aux Landes de Gascogne par exemple; la configuration des chaussées et la structure du réseau hydrographique font que, dans ces secteurs, les loutres sont fréquemment exposées aux risques de collisions routières.

La vie secrète de la loutre

loutre

La loutre, sa vie secrète 

Animal fascinant et mystérieux, la loutre a toujours suscité la curiosité des naturalistes et des scientifiques ; pourtant , ses mœurs restent encore mal connues. L’étude de son comportement dans la nature est une entreprise difficile car l’animal est très rusé, souvent farouche et, nous l’avons déjà dit , généralement nocturne sous nos latitudes.

Continuer la lecture de « La vie secrète de la loutre »

Le déclin de la Loutre

Déclin de la Loutre

Découvrez les principales causes du déclin de la Loutre 

 

La chasse, le piégeage, puis les pollutions de toute nature, ont été les principaux responsables du déclin de la loutre, une espèce à stratégie de reproduction lente. D’autres facteurs interviennent également pour accentuer sa régression. 

  • Tourbières et autres zones humides de bas fond (par exemple fondrières à laîches, hesk en breton). Les filtres biologiques et précieuses éponges pour réguler crues et sécheresses. Aussi, ce sont des milieux primordiaux pour la reproduction de la loutre. Ceux-ci subissent hélas de nombreuses agressions. 
  • Mais aussi l’assèchement des tourbières et des marais, recalibrages et nettoyages excessifs des cours d’eau. Les déboisements, remembrements, enrésinements, interviennent indirectement en appauvrissant la capacité d’accueil des milieux aquatiques. De plus, la raréfaction des gîtes disponibles ou les dérangement excessifs causés par l’homme ou les animaux domestiques (chien errants, bétail) interdisent une fixation de l’espèce à un territoire, indispensable à sa reproduction

Continuer la lecture de « Le déclin de la Loutre »

La vie en société des loutres

société des loutres

Découvrez la vie en société des loutres, car le comportement social de la loutre varie d’une espèce à l’autre. 

La loutre  eurasiatique est plutôt solitaire. Mâles et femelles se retrouvent à la saison des amours, mais mènent des vie séparées le reste de l’année. Aucun lien durable ne les unit, et lorsqu’ils sont ensemble, c’est toujours le male qui domine. Au contraire, les loutre du Cap sont fidèles pour la vie, et le mâles participe à l’élevage des petits. Cette espèce géante à pelage lisse et griffes courtes vit en communauté, des liens puissants unissant les couples parfois dominés par la femelle. Chez les loutres de mer, mâles et femelles se séparent sitôt après l’accouplement.

Continuer la lecture de « La vie en société des loutres »

Aspects méthodologiques

la loutre d'Europe

La loutre d’Europe est un mammifère de grande taille, principalement nocturne.

La Loutre d’Europe est excessivement discrète dans le milieu naturel et dont les densités demeurent par définition généralement basses. Lorsqu’il s’agit d’un super prédateur : quelques individus aux 100 km² / domaines individuels variant de 10 à 25 km/h de cours d’eau pour une femelle reproductrice, jusqu’à 40 km, voire plus, pour un mâle.  Continuer la lecture de « Aspects méthodologiques »

Portrait de la loutre

portrait de la loutre

La loutre : Portrait d'un mammifère carnivore de la famille des mustélidés

La loutre : Portrait d'un mammifère carnivore de la famille des mustélidés

La loutre d'Europe est le plus corpulent des mustélidés semi-aquatique (poids moyen 6 à 10 kg).  Mammifère carnivore de la famille des mustélidés comme l'hermine ou la martre, la loutre (Lutra lutra) s'est adapté au milieu aquatique. Son corps fuselé, ses pattes palmées, à longue queue épaisse et musculeuse en font une véritable torpille dans l'eau, où sa fourrure dense et duveteuse, doublé d'une épaisse couche de graisse sous-cutanée, l'isole contre le froid.

Lire plus