La loutre de mer

À la découverte de la loutre de mer.

La loutre de mer est la plus lourde de toutes. Elle est moins longue que la loutre géante, mais pèse souvent plus. Hormis la loutre marine, c’est le seul membre exclusivement aquatique de la famille. Comme elle vient très rarement à terre, elle est dotée d’un épais pelage. Son poil de protection est épais d’environ trois centimètres, et la « doublure «, deux fois plus dense que celle de ses cousines, compte 125 000 poil au centimètre carré.

La loutre de mer se nourrit de poissons de vers; d’holothuries et d’anémones de mer, mais elle a un faible pour les oursins; les crustacé et les mollusques, surtout les palourdes. Ses larges molaires sont parfaitement adaptées aux coquillages. La loutre de mer reste sous l’eau environ une minute; mais elle peut plonger à répétition jusqu’à 40 mètres de profondeur. Dans la baie de Monterey, il lui arrive de déguster de la pieuvre « en conserve « … résultat de la négligence des buveurs de sodas en boites.

En effet, quand ils jettent leur canettes vides au large, les petites pieuvres s’y réfugient. Les loutres de la région n’hésitent pas à profiter d’une telle aubaine !

La loutre de mer donne naissance a un seul petit, en général dans l’eau. Dés qu’il est né, elle fait « la planche « et le met sur son ventre, où elle le lèche, parfois pendant plusieurs heures, afin que son pelage soit bien sec. Sans les soins de sa maman, il mourrait vite de froid.

  Autrefois, les loutres de mer vivaient su les côtes du pacifique Nord, du japon à l’Alaska et à la Californie. Durant des millénaires, les indigènes les ont chassées pour leur chair et leur peau; lorsque les trappeurs ont découvert la valeur de sa fourrure au début du XVIIIe siècle l’espèce a été vraiment menacée. Les russes menèrent le massacre, avec l’aide des indiens aléoutes, au début du XIXe siècle, une peau de loutre de mer valait une centaine de peaux de visons ? Pour ne rien arranger; les pêcheurs locaux persécuté cet animal, qui lui reprochaient de manger tous leurs crabes et leurs ormeaux.

En 1991, un accord international mit fin au commerce des fourrures de loutre de mer, mais déjà la population californienne était passée de 18 000 individus à la quasi extinction.

Plus au nord,  la chasse n’était plus rentables car les loutres de l’Alaska avaient été décimées . Ce ne fut que vers 1960 que leur nombre se remit à augmenter, grâce à une sévère protection. Elles sont aujourd’hui environ 105 000, dont 100 000 se concentrent du détroit du prince guillaume aux îles Kouriles.

Les loutres de mer sont devenues une véritable attraction touristique en Amérique, et l’on vient du monde entier pour les observer. Mais leur avenir demeure précaire, quelques pêcheurs continuent de les tuer, et plusieurs centaines d’entre elles meurent chaque année dans leurs filets.

Mais la plus grave des menaces reste la pollution par le pétrole. On estime à environ 12 000 le nombre de loutres de mer tuées par le naufrage de l’Exxon Valdez en 1989.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *