La reconquête des loutres

  • L’expansion géographique des populations

La reconquête des loutres commence par la  frange atlantique et le Massif central ; sont même probablement entrés en contact dans le sud de la région Poitou-Charentes . Ces populations disjointes depuis les années soixante , ne devraient plus ne former bientôt qu’un seul et même ensemble.

 L’espèce a déja réoccupé de vastes territoires : de l’Allier,de la Haute-Loire,de la Truyère, de la Dordogne, du Lot, du Tarn , de l’Aveyron, de l’Ardèche , de la Creuse , de la Vienne , de la Gartempe , de la Sioule. Cette reconquête touche aussi bien les bassins de la Loire, de la Charente ou de la Garonne que celui du Rhône. Dans le bassin du Rhône également , la recolonisation est discrète mais manifeste , principalement en Ardèche  et en Lozère. La loutre semble fréquenter l’Ardèche quasiment jusqu’à sa jonction avec le Rhône. Plus au sud , des indices de présence ont été récemment retrouvés à la confluence de la Drôme et du Rhône . Il n’est donc pas utopique de penser que l’espèce pourrait continuer sa progression dans le bassin rhodanien et recoloniser les fleuves et les marais méditerranéens.

  • Le comportement de reconquête des loutres

La reconquête des loutres impose une présence d’eau vitale à la loutre, non seulement pour ses besoins alimentaires mais également pour des raisons de sécurité. Son gîte diurne et ses catiches sont quasiment toujours à proximité immédiate de la rive. Cependant , elle peut quitter le ruisseau ou la rivière pour gagner de étangs isolés ; parcourir plusieurs kilomètres entre les sources de deux têtes de bassin versant . Ainsi , dans le Massif central , a-t-on pu observer des individus , dérangés de leur refuges, à plus de dix kilomètres de tout les cours d’eau , à mi-chemin entre les deux bassins versants.

  • L’ exode de la loutre

En règle générale, la loutre adulte effectue ses déplacements à l’intérieur de ses cantonnements et n’entreprend pas de migration. Lorsque les sub-adultes en phase d’émancipation quittent le territoire maternel à la recherche d’espaces disponibles ; ils restent plutôt à proximité de leur domaine natal. Cependant , quand l’ensemble  des milieux disponibles d’une région est occupé, les individus pré-reproducteurs , boutés par les adultes résidentiel , peuvent effectuer de longs périples , à la recherche de territoires libres, de nourriture ou de partenaires.

En général , ce type de comportement d’exode est présent dans le cas d’expansion géographique ; quand la densité de population est forte et en progression constante ; que la pression de voisinage au sein de la population est importante. Lors de ce phénomène d’émigration , la loutre parcourt de grandes distances , même en dehors de ses corridors préférentiels ; rares sont alors les obstacles constituant une barrière écologique . Ainsi , des loutres  observée en mer , entre l’ Ecosse et l’île de Mull , près de 4km des côtes. De la même manière , des adultes débusqués à plusieurs reprises par des habitants de Veyreau , sur le Causse Noir ; à mi -chemin entre la vallée de la Jonte et la Vallée de la Dourbie.

Augmentation des effectifs, degré d’occupation de l’espace important, grande capacité de dispersion de l’espèce ; ce sont probablement ces raisons qui expliquent le succès de la recolonisation actuellement en cours.

A voir également :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *