La vie secrète de la loutre

La loutre, sa vie secrète 

Animal fascinant et mystérieux, la loutre a toujours suscité la curiosité des naturalistes et des scientifiques ; pourtant , ses mœurs restent encore mal connues. L’étude de son comportement dans la nature est une entreprise difficile car l’animal est très rusé, souvent farouche et, nous l’avons déjà dit , généralement nocturne sous nos latitudes.

L’image négative de la loutre fut longtemps colportée par la plupart des naturalistes du XVIIIe siècle.

Buffon qui paraphrase : animal vorace , plus avide de poisson que de chair. Il fallut attendre la fin du XIXe siècle pour que l’espèce soit réhabilitée et valorisée. C’est en particulier A.E Brehm, traduit par Gerbe en 1868, dans « La vie des animaux illustrée » qui permit de découvrir la loutre sous son vrai jour. L’auteur en fait une description très fidèle et commente son comportement , ses techniques de pêche et ses habitudes,avec une pertinence tout à fait acceptable pour l’époque ,renforcée par de multiples observations personnelles.

Grâce aux travaux des premiers grands spécialistes européens de l’espèce :

Sam Erlinge en Suède, Rosemary Green et Jim Conroy en Ecosse, Chris Mason  et Sheila Macdonald en Angleterre , Claus Reuther en Allemagne , Jordi Ruiz-Olmo en Espagne  et aux recherches personnelles que nous avons menées, le comportement de la loutre d’aujourd’hui mieux connu. Ces études ont permis de lever une partie du voile qui masquait les secrets de sa vie intime. En effet la loutre est souvent décrite comme un carnivore singulier jusqu’à la moitié du XXe siècle; car nocturne, nomade et solitaire mais , grâce aux méthodes modernes de recherche, comme la radiotélémétrie. Aujourd’hui ces allégations sont  plus nuancées.

La loutre : crépusculaire et nocturne

En ce qui concerne la vie nocturne de l’animal, la situation se révèle plus complexe qu’il n’y parait. Sur le continent , en Europe tempérée, la loutre est essentiellement nocturne et crépusculaire; mais elle peut , à l’occasion , être active la journée. En revanche , en Ecosse et en Scandinavie, mais aussi dans les zones sauvages peu dérangées par l’Homme; la loutre est active aussi bien de jour que de nuit . On remarque ce phénomène chez les individus vivant en bord de mer; là c’est l’alternance  des marées qui rythme leur activités quotidiennes.

En fait, la loutre ne disposant pas d’adaptation spécifique à la vie nocturne. Il conviendrait de considérer aujourd’hui que, comme chez d’autres mammifères sauvages, sa préférence pour la vie nocturne relève plutôt d’un comportement adaptatif. La loutre, traquée et pourchassée par l’Homme pendant des générations, lui voue donc une méfiance viscérale . Avec le temps , elle est devenue très farouche; et a fini par trouver sa quiétude dans les profondeurs de la nuit.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *