Le déclin de la Loutre

Découvrez les principales causes du déclin de la Loutre 

 

La chasse, le piégeage, puis les pollutions de toute nature, ont été les principaux responsables du déclin de la loutre, une espèce à stratégie de reproduction lente. D’autres facteurs interviennent également pour accentuer sa régression. 

  • Tourbières et autres zones humides de bas fond (par exemple fondrières à laîches, hesk en breton). Les filtres biologiques et précieuses éponges pour réguler crues et sécheresses. Aussi, ce sont des milieux primordiaux pour la reproduction de la loutre. Ceux-ci subissent hélas de nombreuses agressions. 
  • Mais aussi l’assèchement des tourbières et des marais, recalibrages et nettoyages excessifs des cours d’eau. Les déboisements, remembrements, enrésinements, interviennent indirectement en appauvrissant la capacité d’accueil des milieux aquatiques. De plus, la raréfaction des gîtes disponibles ou les dérangement excessifs causés par l’homme ou les animaux domestiques (chien errants, bétail) interdisent une fixation de l’espèce à un territoire, indispensable à sa reproduction

  • Mortalité routière : un important facteur de menace pour la loutre

La plupart des spécialistes s’accordent pour attribuer trois causes principales du déclin de la loutre : pollution/contamination des chaînes alimentaires, destruction des habitats et mortalité accidentelle. Dans la majorité des pays, ce dernier facteur est principalement dû au trafic routier. La mortalité routière représente pour la loutre une menace directe en raison de son impact néfaste. 

Quatre arguments viennent appuyer le constat : 

  • Les densités de loutres sont faibles par nature.
  • La majorité des loutres tuées sur les routes sont en bon état physique.
  • Certains sites à risque sont de véritables points noirs où plusieurs loutres peuvent être successivement victimes du trafic routier sur une courte période
  • Enfin, des femelles gestantes et allaitantes, ainsi que des jeunes, en sont victimes sur plusieurs sites. 

Ainsi, depuis plus de 15 ans, dans certains pays européens, des aménagements ont été testés afin de tenter de réduire le facteur mortalité chez la loutre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *