La loutre d’Afrique

À la découverte de la loutre d’Afrique.

Grace a ses pattes palmées, la loutre à cou tacheté est l’une des meilleures nageuses de toutes les loutres d’eau douce. Elle vit dans les rivières et les lacs d’Afrique, au sud du Sahara. Très agile, elle peut saisir les poissons les plus rapides. Elle serre sa proie entre les mâchoires et la porte à terre, puis la plaçant soigneusement dans ses mains, elle la dévore en commençant par la tête.

La loutre du Cap, qui n’a pas de griffes vit dans le même genre d’habitat, mais chasse de manière différente. Sans palmures ses pattes antérieures ressemblent de manière frappante à des mains humaines avec un pouce en opposition qui leur permet de ramasser et de manipuler les petits objets. La loutre d’Afrique a les palmées; et les doigts du milieu sont munis de griffes pour la toilette. A l’aide de ses mains, elle fouille les crevasses en quête de batraciens et de crabes. Elle ne peut attraper que des poissons lents, les plus vifs lui glissant malheuresuement entre les doigts. Ses larges molaires lui permettent de croquer facilement les coquillages.

Ces deux espèces sont souvent chassées pour leur chair. Les adultes sont assommés ou tués d’un coup de fusil, tandis que les petits sont arrachés tôt à leur gite. Mais les dangers les plus graves qui les guettent sont la pollution et l’exploitation du diamant. Les effluents chimiques et minéraux en provenance des mines de bauxite par exemple, empoisonnent les eaux. Les contrôles de pollution sont rares en Afrique. Les lits de certaines rivières de l’ouest renferment des diamants. Sociétés nationales et autochtones construisent des barrages pour exploiter ces richesses. Lorsque les rivières peuvent de nouveau s’écouler librement, les eaux emportent les sédiments soulevés, qui colmatent les branchies des poissons et des crabes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *